Chantal Eyméoud a prétendu hier ne pas vouloir « exclure du débat démocratique régional durant six ans les représentants des « sacrifiés » du deuxième tour ». Cette attention annonce les cadeaux qui seront fait à ses amis boutiquiers socialistes qui lui ont vendu leur soutien.

Lire Chantal Eyméoud parler de « débat » alors qu’elle a annulé celui fixé ce mardi est stupéfiant, une date sollicitée pourtant avec son accord la semaine passée. Les débats d’entre-deux tours sont une tradition bien républicaine et démocratique. Fouler aux pieds cette tradition illustre le sens étriqué du républicanisme dans le camp Estrosi.

Il reste 48h avant le scrutin de dimanche. Si les slogans de nos concurrents ne sont pas totalement vides de sens, alors qu’ils aient au moins l’honneur de confronter librement nos programmes et de débattre publiquement. J’y suis prêt ! Les électeurs et les abstentionnistes jugeront de l’issue de sa tenue ou de son absence. Personne ne veut de baudruche à la tête de notre région, ce qui se définit comme tel : « personne qui n’a que les apparences des mérites qu’on lui prête et qui se dégonfle aisément ».

Amaury Navarranne, tête de liste La France Plein Sud dans les Hautes-Alpes