Le local du Front National à Gap a de nouveau été dégradé dans la nuit du 7 au 8 décembre. Ceux-là mêmes qui brandissent le mot « liberté » en permanence, refusent de l’accorder à un parti qui respecte pourtant nos institutions. Ces groupes, qui nosent naturellement signer leur forfait, ont tellement peur du peuple, auquel, pourtant ils se réfèrent en toutes circonstances, ne veulent transmettre qu’une vérité : la leur. Tant pis si le Front National a eu, a, et aura raison bien souvent.

La vérité ne se cache pas, même quand elle fait peur, et vouloir la faire connaître est la première des libertés. Même les débats avec nos concurrents semblent s’annuler. Chantal Eméyoud craindrait-elle de confronter calmement les programmes tandis qu’elle agite les peurs et se fait déborder par ses nouveaux soutiens ?!

Amaury Navarranne, tête de liste La France Plein Sud dans les Hautes-Alpes